Les huiles essentielles dans l’Histoire

Les bienfaits des huiles essentielles sont connus depuis la nuit des temps. Les plus anciennes civilisations  ont montré un intérêt important pour les plantes aromatiques dans un but thérapeutique.

Il y a plus de trente mille ans, les Aborigènes d’Australie exploitaient déjà remarquablement tout ce que le règne végétal pouvait leur apporter pour faire des fumigations*.  (*Fumées médicamenteuses répandues pour assainir un lieu)


En 4000 av J-C, les sumériens, civilisation de la Mésopotamie, utilisaient aussi les plantes médicinales comme le fenouil et le pin. On y retrouva notamment des inscriptions .

En Inde, on utilisait en grande partie des plantes aromatiques dans la pratique des rituels religieux, mais aussi dans le quotidien comme en cuisine, utilisés en bains et en médecine.

La Chine était tout comme l’Inde un des grands berceaux de l’histoire qui utilisait les plantes telles que l’anis, le curcuma, la cannelle, le gingembre et leurs essences pour guérir par le Pen Tsao ou SHEN NUNG, médecine traditionnelle chinoise vers 2800 av J-C.

Dans l‘Égypte antique qui était la civilisation la plus avancée de son époque, on utilisait les huiles essentielles  anti-bactériennes pour momifier les corps.

Plus tard, les grecs utilisèrent les huiles essentielles dans la confection de parfums et s’en servirent dans l’art de guérir.

Lors de l’épidémie de peste à Athènes, Hippocrate célèbre médecin, prescrivit de grand feux de genévrier, de cèdre, de  bois odoriférant et de plantes aromatiques.

(Photo ci contre : Hippocrate)

Dioscoride était un médecin grec du 1er siècle ap J-C et dans son ouvrage De materia medica, il déclara que l’eau distillée était propre aux usages médicaux.

Les romains, eux, cultivaient les plantes aromatiques. Lors de la grande épidémie de peste, Esculape conseilla de pratiquer des fumigations de plantes à l’essence de romarin, de laurier, de sauge, de cannelle et de girofle afin de sauver Rome.

Cependant, une grande partie des connaissances au sujet des huiles essentielles a été perdue au Moyen-âge due aux supports qui étaient alors trop fragiles, et lors des incendies de la bibliothèque d’Alexandrie.

L’Aromathérapie « moderne » provient directement du monde arabe où les savants commencèrent à distiller les plantes à la vapeur d’eau, après que le grand savant Avicenne mit au point l’alambic autour de l’an 1000.

Ce n’est qu’au XIIème siècle que l’aromathérapie arrive en Europe. De retour des croisades, les chevaliers ramènent l’invention de l’Alambic à la vapeur d’eau ainsi que cette médecine naturelle qui utilise les huiles essentielles dans les apothicaireries. A cette époque, les pharmaciens se nommaient « aromatherii ».

La grande époque des huiles essentielles débute au 15ème siècle jusqu’en 1935, date a laquelle elle est reléguée à l’arrière plan avec la découverte de la pénicilline.

En France, en 1628, à Toulouse, lors de l’épidémie de peste qui fit plus de 50 000 victimes, quatre voleurs étranglèrent les pestiférés pour les voler dans leurs maisons. Ils furent arrêtés et, pour ne pas être condamnés à mort, acceptèrent de livrer le secret qui les protégeait contre la peste. Il s’agissait d’un liquide à base d’huile essentielle, qu’ils respiraient et qu’ils répandaient autour d’eux pour se protéger. On le baptisa : vinaigre des quatre voleurs.

Un savant italien de la Renaissance, Glambatista DELLA PORTA (1537-1615) invente ce récipient à double ouverture dans lequel l’huile essentielle se sépare de l’eau.

A  Marseille, en 1720, le même problème qu’à Toulouse se posa avec d’autres voleurs originaires d’une famille d’apothicaire où le savoir-faire était transmis de génération en génération.

Publicités
Published in: on 02/11 at 10 h 13 min  Laisser un commentaire  

La naissance de l’Aromathérapie

En 1918, René GATTEFOSSE, un chimiste français se serait brûlé la main lors d’un accident

en laboratoire. Son reflexe fut de plonger sa main dans de l’huile essentielle de lavande. La cicatrisation fut rapide et propre, ce qui poussa le chimiste à étudier les propriétés curatives ainsi que les composés chimiques des huiles essentielles.René

GATTEFOSSE inventa le terme « d’aromathérapie » en 1928 il publia ses découvertes en 1937 dans son livreAromathérapie. Aujourd’hui, il est considéré comme  le père de l’aromathérapie moderne.

Durant la seconde guerre mondiale, le Dr Jean VALNET, un médecin et chirurgien français des armées a l’idée d’utiliser les huiles essentielles pour guérir les blessures de guerre alors que les médicaments allopathiques sont rares pendant cette période difficile. Il approfondit  les recherches de René GATTEFOSSE et les publia en 1964 dans son premier livre L’aromathérapie, traitement des maladies par les essences des plantes. Il donne naissance à deux grandes écoles, l’aromathérapie médicale pour une approche clinique et scientifique, dite de tradition médicale française et l’aromathérapie de grand-public qui vise le bien-être, dite de tradition anglo-saxonne. Les médecins qui soignent avec les huiles essentielles sont appelés les « fils spirituel » du Dr VALNET.

En 1975, Pierre FRANCHOMME, aromatologue réputé, apporte la notion fondamentale du « chémotype* », véritable signature biochimique de l’huile essentielle. Cette notion a permis d’améliorer les résultats thérapeutiques, de réduire les échecs et de diminuer les risques secondaires. Il est coauteur d’un livre L’aromathérapie exactement, considéré comme la bible des huiles essentielles.

(* désigne une entité chimique distincte au sein même d’une même espèce appartenant au métabolite secondaire)

Aujourd’hui, l’aromathérapie reprend des lettres de noblesses grâce aux naturopathes et aux formations appropriées. Elle sort de l’ombre de la médecine moderne après avoir été ignorée pendant des années.

 

 


Published in: on 01/11 at 20 h 42 min  Commentaires fermés sur La naissance de l’Aromathérapie